Notre grande équipe est composée de personnes passionnées, au service des communautés. Nous sommes multidisciplinaires, et notre approche holistique met le focus sur l’humain.

Équipe

Notre grande équipe est composée de personnes passionnées, au service des communautés autochtones et côtières. Nous sommes interdisciplinaires, et notre approche holistique met le focus sur la santé des écosystèmes et des humains qui y vivent.

Mélanie Lemire | Littoral

Mélanie Lemire

PROFESSEURE AGRÉGÉE ET TITULAIRE DE LA CHAIRE DE RECHERCHE LITTORAL

Mélanie Lemire est professeure agrégée au Département de médecine sociale et préventive à l’Université Laval et chercheure à l’Axe Santé des populations et pratiques optimales en santé au CHU de Québec et à l’Institut de biologie intégrative et des systèmes (IBIS). Elle est l’Experte désignée pour le Canada au sein du Human Health Assessment Group du Arctic Monitoring and Assessment Programme (HHAG-AMAP). 

Ses projets mettent de l’avant des approches transdisciplinaires, intersectorielles et participatives, et portent sur l’étude des contaminants environnementaux, des changements océaniques, et de la nutrition en lien avec la santé des Autochtones et des populations côtières. Ses résultats sont utilisés pour éclairer des décisions, le développement d’outils d’aide à la décision et la mise en œuvre de programmes et de politiques à l’échelle locale, fédérale et internationale. 

Mélanie est une fan de kayak de mer et de cyclotourisme. Amoureuse de la région du Kamouraska, vous la trouverez les deux mains dans la terre de son jardin qui s’agrandit d’année en année.

Catherine Girard, membre de l'équipe Chaire de recherche Littoral

Catherine Girard

AGENTE DE MOBILISATION DES CONNAISSANCES

Catherine détient un doctorat en biologie, pendant lequel elle a travaillé sur la contamination de la nourriture traditionnelle du Nord et les interactions des polluants avec le microbiome intestinal inuit. Elle est maintenant chercheuse postdoctorale à l’Université Laval, où elle étudie la relâche de virus anciens depuis les glaciers en fonte de l’île d’Ellesmere. 

Catherine détient plus de 10 ans d’expérience sur le terrain au Nunavik et au Nunavut, et pendant ses séjours elle a organisé des activités de transfert des connaissances et de vulgarisation scientifique. Catherine a également organisé et facilité des formations pour outiller les jeunes chercheurs à leur travail avec les populations autochtones. 

Catherine est maintenant agente de mobilisation des connaissances pour la Chaire Littoral, et participe à la diffusion des connaissances générées par la chaire et à la formation des compétences transversales de l’équipe.

Rebecca Hennigs, membre de l'équipe Chaire de recherche Littoral

Rebecca Hennigs

AGENTE DE MOBILISATION DES CONNAISSANCES

Rebecca détient un baccalauréat multidisciplinaire en European Studies de l’Université de Passau en Allemagne et une maîtrise (M.Sc.) en biogéosciences de l’environnement de l’Université Laval. Elle a travaillé en adaptation aux changements climatiques et mobilisation des connaissances pour des ministères, des think tanks et des organisations autochtones (p. ex. Ouranos, IDDPNQL, Makivik). 

Depuis 2019, elle organise des formations sur l’adaptation aux changements climatiques pour l’Administration régionale Kativik et s’est jointe à l’équipe de Mélanie à titre d’agente de mobilisation des connaissances. Passionnée par la protection de l’environnement et le bien-être des populations, ces deux postes lui permettent de se pencher sur les enjeux nordiques et autochtones et de sensibiliser des acteurs locaux à différentes problématiques environnementales.

Mariana Pontual | Littoral

Mariana Pontual

ASSISTANTE DE RECHERCHE

Mariana est assistante de recherche pour la Chaire Littoral et travaille ensemble avec la Régie régionale de la santé et des services sociaux du Nunavik sur des initiatives de promotion des aliments traditionnels tout en évitant l’exposition au mercure. 

Diplômée en médecine dentaire de l’Université de Pernambuco (UPE) au Brésil, elle détient également une spécialisation en santé publique de l’Université Fédérale de São Paulo (Unifesp) et une maîtrise en santé publique de l’Université Laval. 

Passionnée par la recherche scientifique et toujours ouverte aux échanges d’idées, elle défend l’importance de l’utilisation des résultats scientifiques pour élaborer des politiques efficaces et améliorer la pratique.

Esteban Figueroa, membre de l'équipe Chaire de recherche Littoral

Esteban Figueroa

COORDONNATEUR DE «MANGER NOTRE SAINT-LAURENT»

Esteban fait preuve d’un parcours très varié en gestion et en développement de projets, ce qui lui a permis de bien connaître les réalités des collectivités rurales. Son désir de développer le territoire d’une façon durable l’a mené à obtenir une maîtrise en développement régional à l’UQAR. 

Il a également acquis une expertise en adaptation aux changements climatiques et son intégration dans les processus décisionnels des communautés côtières rurales de l’Est du Canada, ainsi que la mobilisation et le transfert des connaissances. 

Il est chargé de recherche pour le CIRADD, un centre de transfert de connaissances en innovation sociale du Cégep de la Gaspésie et des Îles, et coordonne le projet Manger notre Saint-Laurent pour la chaire Littoral.

Élisabeth Gagné Chaire de recherche Littoral

Elisabeth Gagné

ASSISTANTE DE RECHERCHE

Elisabeth a plus d’une corde à son «harpe». En plus de s’accomplir professionnellement comme artiste multidisciplinaire, Elisabeth a complété une maîtrise en santé communautaire – profil en santé mondiale et cumule de riches expériences en tant qu’infirmière ou assistante/coordonnatrice de recherche au Mali, dans des communautés Anishnabées et Innues et au Nunavik. 

Elle est actuellement impliquée sur le projet FEHNCY (Food, Environment, Health and Nutrition of First Nations Children and Youth). 

Son désir de découvrir, de partager et de s’engager pour le bien-être des populations oriente son parcours dans des contextes multiples, à l’interface de la santé, de l’environnement, des arts et de la culture.

Élyse Caron-Beaudoin, membre de l'équipe Chaire de recherche Littoral

Élyse Caron-Beaudoin

COLLABORATRICE – PROFESSEURE ADJOINTE

Élyse est professeure adjointe en santé environnementale à l’Université de Toronto Scarborough, au Interdisciplinary Centre for Health & Society et au Department of Environmental and Physical Sciences. Son programme de recherche a comme objectif de développer de projets de recherche transdisciplinaires communautaires afin de mesurer les impacts de pressions anthropiques sur la santé en combinant l’information de plusieurs niveaux d’organisations biologiques.

Élyse est titulaire d’un doctorat en biologie avec spécialisation en toxicologie de l’Institut National de la Recherche Scientifique (INRS) – Institut Armand-Frappier à Laval, Québec. De 2018 à 2020, elle était stagiaire postdoctorale financée par les IRSC au Département de santé environnementale et santé au travail de l’Université de Montréal. Pendant son stage postdoctoral, Élyse a étudié les associations entre la densité et la proximité des puits de fracturation hydraulique et les issues des naissances dans le nord-est de la Colombie-Britannique. Dans cette région, elle est actuellement en charge d’une étude de biosurveillance portant sur l’exposition pendant la grossesse à des contaminants associés à la fracturation hydraulique et leur potentiel de perturbation endocrinienne.

 

En tant que collaboratrice dans le groupe de Mélanie Lemire, Élyse travaille sur l’exposition aux substances perfluoroalkyles chez les enfants, les jeunes et les femmes enceintes issus de communautés autochtones.

Tiff-Annie Kenny, membre de l'équipe Chaire de recherche Littoral

Tiff-Annie Kenny

Stagiaire postdoctorale

Tiff-Annie est stagiaire postdoctorale et récipiendaire de la bourse de recherche Banting (2019-2021). Elle détient un doctorat en biologie de l’Université d’Ottawa, ainsi qu’un baccalauréat et une maîtrise en génie des biosystèmes de l’Université McGill.

Son amour pour la cueillette des petits fruits sauvages a stimulé son intérêt académique pour l’indispensable rôle de la biodiversité pour la nutrition et la sécurité alimentaire. Sa recherche emploie des méthodologies participatives et des approches transdisciplinaires afin d’examiner les liens entre les écosystèmes et la santé humaine, avec un accent particulier sur les dimensions environnementales, économiques et sociétales des systèmes alimentaires des peuples autochtones dans l’Arctique et le nord-ouest du Pacifique.

Sara Pedro | Littoral

Sara Pedro

STAGIAIRE POST-DOCTORALE

Sara étudie la dynamique du réseau alimentaire et les contaminants dans les environnements marins polaires depuis sept ans, d’abord pendant ses études de maîtrise à l’Université de Coimbra, au Portugal, puis pendant son doctorat à l’Université du Connecticut aux États-Unis. 

Avec Mélanie et d’autres membres de l’équipe, Sara développe actuellement des modèles écosystémiques pour étudier le transfert de biomasse et de contaminants environnementaux dans les réseaux alimentaires marins de l’Arctique au Nunavut et au Nunavik. Grâce à la recherche participative, les modèles intégreront les connaissances des Inuits, dans le but d’élaborer des scénarios et des stratégies d’adaptation pour atteindre la sécurité alimentaire.

Marianne Falardeau | Littoral

Marianne Falardeau

STAGIAIRE POST-DOCTORALE

Marianne est stagiaire postdoctorale dans le cadre du projet FISHES. Elle détient un doctorat du département des sciences des ressources naturelles de l’Université McGill, ainsi qu’un baccalauréat et une maîtrise en biologie de l’Université Laval. 

Elle s’intéresse aux écosystèmes marins dans le contexte de changements arctiques ainsi qu’à l’importance des ressources marines pour les communautés nordiques, particulièrement les pêcheries d’omble chevalier. Son approche à la recherche est transdisciplinaire, dans le but d’associer différents types de savoirs : locaux, autochtones, et académiques. 

Marianne est également communicatrice scientifique et livre ses recherches à l’aide d’articles, de conférences, de courts métrages, d’ateliers interactifs et des nouveaux médias.

Janie Allaire, membre de l'équipe Chaire de recherche Littoral

Janie Allaire

STAGIAIRE POST-DOCTORALE

Janie occupe le poste de stagiaire post-doctorale dans l’équipe de Pierre Ayotte et Mélanie Lemire à l’Institut national de santé publique du Québec. Elle détient un baccalauréat en nutrition, une maîtrise en épidémiologie et un doctorat en nutrition à l’Université Laval. 

Ses intérêts de recherche sont principalement les maladies cardiométaboliques, le métabolisme des lipides, la lipidologie, la modélisation statistique, et l’évaluation de l’état nutritionnel et de l’alimentation dans le cadre d’études cliniques et épidémiologiques. 

Dans le cadre de son stage post-doctoral, elle s’intéresse aux déterminants sociaux et environnementaux de la santé cardiométabolique des Inuit du Nunavik ainsi qu’à leurs habitudes alimentaires.

Adriano Magesky, membre de l'équipe Chaire de recherche Littoral

Adriano Magesky

STAGIAIRE POST-DOCTORAL

Après l’obtention de sa maîtrise en zoologie à l’Université fédérale de Rio de Janeiro, Adriano a entamé un doctorat en océanographie à l’Université du Québec à Rimouski. Son expertise en écotoxicologie moléculaire l’a mené à rejoindre l’équipe de Mélanie en 2019. 

Dans le cadre du projet sélénonéine, il a débuté son postdoctorat sur l’origine et la distribution de cette molécule dans les tissus des bélugas. Son travail de terrain a notamment compté sur la coopération des chasseurs Inuit de Quaqtaq (Nunavik) au printemps et en automne 2019. 

Du côté expérimental, Adriano s’intéresse aux mécanismes de toxicité cellulaire du méthylmercure, ainsi qu’à l’interaction entre le méthylmercure et la sélénonéine dans les cellules rouges humaines et le système nerveux en développement.

Remi Amiraux | Littoral

Rémi Amiraux

STAGIAIRE POST-DOCTORAL

Rémi détient un baccalauréat en science et vie de la terre ainsi qu’une maîtrise en océanographie chimique. Spécialisé dans la quantification et l’identification de biomarqueurs lipidiques produits par les algues de glace (algues se développant dans la banquise), Rémi a complété un doctorat en océanographie à l’université d’Aix-Marseille (France) puis un premier post-doctorat à l’université de Plymouth (UK). 

Passionné par les régions polaires, Rémi a eu l’occasion à de nombreuses reprises de découvrir le Nunavut et le Nunavik pour ses projets de recherches. 

Actuellement post-doctorat dans l’équipe de Mélanie, il s’intéresse à l’impact du réchauffement climatique sur la qualité nutritionnelle et les stocks de deux bivalves traditionnellement consommés par les communautés Inuits.

Gwyneth Anne MacMillan

STAGIAIRE POST-DOCTORALE

Gwyneth a complété son doctorat en sciences biologiques à l’Université de Montréal en 2019 et elle est maintenant stagiaire postdoctorale au «Centre for Indigenous People’s Nutrition and Environment (CINE)» à l’Université McGill. 

Elle s’intéresse à la façon dont l’écologie peut influencer le sort des contaminants et la qualité des ressources halieutiques et fauniques importantes pour les peuples autochtones du Nord. Au cours de sa thèse, intitulée «La chasse aux métaux traces dans un Nord en mutation rapide: approches limnologiques, écologiques et collaboratives», elle a effectué des travaux de terrain au Nunavik, au Nunavut et dans les Territoires du Nord-Ouest. 

Gwyneth a rejoint l’équipe de Mélanie en 2019 pour étudier l’étude les contaminants dans la population de phoques gris du golfe du Saint-Laurent en collaboration avec l’Association des chasseurs de phoques intra-Québec (ACPIQ).

Vincent Paquin | Littoral

Vincent Paquin

Résident de médecine en psychiatrie

Vincent a complété un doctorat en médecine à l’Université Laval en 2019 et effectue maintenant une résidence en psychiatrie à l’Université McGill. Sa formation médicale l’a amené à visiter le Nunavik et le Nunavut, où il s’est initié à l’univers culturel inuit et aux déterminants de la santé circumpolaire. 

Depuis qu’il a rejoint l’équipe de Mélanie en 2017, Vincent travaille sur des projets de partage des connaissances autour des déterminants environnementaux de la santé mentale et physique dans le Nord circumpolaire. Il s’intéresse plus particulièrement à l’interface entre recherche, santé publique et pratiques cliniques au Nunavik.

Laurence Lebel | Littoral

Laurence Lebel

Étudiante au doctorat en médecine

Laurence a amorcé son doctorat en médecine à l’Université Laval à l’automne 2018. Par son intérêt grandissant envers les enjeux de santé en milieu autochtone, elle a rejoint l’équipe de Mélanie comme stagiaire au printemps 2019. 

Elle travaille depuis sur un projet de partage des connaissances au Nunavik avec Vincent Paquin et autres collaborateurs. Celui-ci vise à explorer les liens entre la santé mentale et les changements climatiques dans un contexte autochtone circumpolaire. 

Passionnée par la santé publique, elle envisage grandement la résidence en médecine sociale et préventive pour poursuivre son cheminement.

Audrey Lavoie, membre de l'équipe Chaire de recherche Littoral

Audrey Lavoie

Étudiante à la maîtrise en santé publique

Audrey a complété un baccalauréat en sciences infirmières à l’Université Queen’s à Kingston, Ontario en 2014.  Elle a ensuite travaillé en tant qu’infirmière clinicienne pendant 4 ans en chirurgie et aux soins intensifs à l’Hôpital Montfort à Ottawa, ON. 

Elle est maintenant étudiante à la maîtrise en santé publique avec mémoire à l’Université Laval. Depuis qu’elle a rejoint l’équipe de Mélanie en 2019, Audrey travaille sur le volet anémie de l’Enquête de santé auprès des Inuit du Nunavik – Qanuilirpitaa?  2017. 

Elle s’intéresse particulièrement aux déterminants de la santé, aux inégalités sociales de la santé et leurs effets sur la santé des populations.

Catherine Fallon, membre de l'équipe Chaire de recherche Littoral

Catherine Fallon

Étudiante à la maîtrise en santé publique

Catherine Fallon est étudiante à la maîtrise en santé publique. Elle détient un baccalauréat en sciences de la nutrition, concentration internationale, de l’Université McGill. 

Catherine a complété ses études universitaires par des expériences formatrices en coopération internationale et en développement en contexte multidisciplinaire et interculturel, dans la région du Sahel burkinabé et du nord nicaraguayen. Elle a ainsi pu développer une expertise en engagement communautaire pour des pratiques durables dans les domaines de l’agroalimentaire et de la santé. 

Les patrimoines alimentaires locaux et la santé étant au centre de ses intérêts, elle apporte maintenant cette expertise au sein du projet Manger notre Saint-Laurent qui collabore avec les communautés gaspésienne, madelinienne et bas-laurentienne. Ses intérêts sont également les suivants: pratiques durables, nutrition publique, patrimoines alimentaires locaux, santé communautaire et mondiale, sécurité alimentaire, systèmes alimentaires et partage de connaissances.

Marie Claude Lefebvre | Littoral

Marie-Claude Lefebvre

Étudiante à la maîtrise en santé publique

Marie-Claude a complété son baccalauréat en pharmacie à l’Université Laval en 2009. Deux ans plus tard, elle a obtenu une équivalence de diplôme en France, ce qui lui a permis de découvrir la pharmacie française. 

Depuis, elle est rentrée au Québec et pratique en milieu communautaire. Sa passion pour l’environnement et la santé durable l’a ramené sur les bancs d’école pour compléter la maîtrise en santé publique en 2017. 

Elle s’est alors jointe à l’équipe de Mélanie Lemire avec le projet d’identifier les contaminants chimiques et biologiques potentiellement présents dans les moules bleues du Saint-Laurent et leurs effets sur la santé des consommateurs. 

Claudelle Dubeau, membre de l'équipe Chaire de recherche Littoral

Claudelle Dubeau

Étudiante à la maîtrise en épidémiologie

Claudelle est diplômée du baccalauréat en sciences infirmières de l’Université du Québec à Trois-Rivières 2013 et l’univers de la santé la passionne. Elle a travaillé dans différents domaines tels que la néonatalogie, la pédiatrie et la périnatalité au CHU Ste-Justine et au CIUSSS Mauricie, Centre du Québec. Elle a accumulé plusieurs expériences comme auxiliaire de recherche pendant son parcours scolaire. 

Elle a commencé une maîtrise en épidémiologie en septembre 2017 sous la supervision de Mélanie. Son projet de mémoire portera sur la qualité de l’alimentation chez les enfants de 3 à 19 ans de quatre communautés des Premières Nations au Québec. Elle s’intéressera à l’association entre la qualité de l’alimentation et l’exposition aux contaminants issus des aliments ultra-transformés. 

Son intérêt pour la santé mondiale et la santé environnementale provient principalement de ses expériences à l’étranger ainsi que de son amour pour la nature et le plein air.

Sara Bolduc | Littoral

Sara Bolduc

Étudiante à la maîtrise en biologie

Sara a complété un baccalauréat en biologie à l’Université Laval en 2018 et est maintenant candidate à la maîtrise en biologie, sous la supervision de Jean-Sébastien Moore et Mélanie Lemire. 

Le projet de Sara est multidisciplinaire et implique des notions de biologie marine, biologie moléculaire, nutrition et d’anthropologie. Son projet a pour objectifs de connaître la contribution de la diète de l’omble chevalier à la qualité de sa chair et à comprendre l’importance culturelle et alimentaire du poisson chez les Inuit du Nunavik.

Guillaume Cinq-Mars

Étudiant à la maîtrise en biologie marine

Guillaume a complété un baccalauréat en biologie à l’Université de Montréal en 2018 et effectue maintenant une maîtrise en biologie marine à l’Université Laval. 

Son projet de maîtrise porte sur l’analyse de différents tissus de béluga, phoque annelé et morse, et ce, afin de dresser le portrait des éléments nutritifs ainsi que des contaminants se trouvant dans les  tissus et qui peuvent avoir un impact sur la santé des communautés Inuit qui les consomment. 

Ce projet l’a amené à visiter la communauté de Quaqtaq au Nunavik et à travailler en collaboration avec les chasseurs Inuit lors de la période de chasse aux bélugas.