Notre grande équipe est composée de personnes passionnées, au service des communautés. Nous sommes multidisciplinaires, et notre approche holistique met le focus sur l’humain.

Équipe

Qui sommes-nous?

Notre grande équipe est composée de personnes passionnées, au service des communautés autochtones et côtières. Nous sommes interdisciplinaires, et notre approche holistique met le focus sur la santé des écosystèmes et des humains qui y vivent. 

Nous tenons à remercier et honorer les nations Huronne-Wendate, Innue, Atikamekw et Abénakise qui nous accueillent sur le territoire de la ville de Québec maintenant partagé avec nous toutes et tous. Tel que le dit si bien Michèle Audette, Innue, adjointe au vice-recteur et conseillère principale à la réconcilitation et à l’éducation autochtone à l’Université Laval: « Je rappelle souvent avec amour et humour l’origine du nom Québec… Les Innus étaient tellement généreux et accueillants que nous avons dit aux gens venus de loin: « Kepak kepak: débarquez de vos bateaux. Venez, nous allons vous accueillir. Kepak kepak Québec. »

Mélanie Lemire | Littoral

Mélanie Lemire

PROFESSEURE AGRÉGÉE ET TITULAIRE DE LA CHAIRE DE RECHERCHE LITTORAL

Mélanie Lemire est professeure agrégée au Département de médecine sociale et préventive à l’Université Laval et chercheure à l’Axe Santé des populations et pratiques optimales en santé au CHU de Québec et à l’Institut de biologie intégrative et des systèmes (IBIS). Elle est l’experte désignée pour le Canada au sein du Human Health Assessment Group du Arctic Monitoring and Assessment Programme (HHAG-AMAP) et de la Effectiveness Evaluation Committee de la Convention de Minamata sur le mercure.

Ses projets mettent de l’avant des approches transdisciplinaires, intersectorielles et participatives, et portent sur l’étude des contaminants environnementaux, des changements océaniques, et de la nutrition en lien avec la santé des Autochtones et des populations côtières. Ses résultats sont utilisés pour éclairer des décisions, le développement d’outils d’aide à la décision et la mise en œuvre de programmes et de politiques à l’échelle locale, fédérale et internationale. 

Mélanie est une fan de kayak de mer et de cyclotourisme. Amoureuse de la région du Kamouraska, vous la trouverez les deux mains dans la terre de son jardin qui s’agrandit d’année en année.

L’équipe de la Chaire Littoral veut renforcer les liens avec les nations qui nous entourent. Chères et chers étudiant.e.s des Premières Nations, Inuit et Métis, si vous êtes intéressés à participer aux projets en cours ou bien si vous avez des idées de projet à l’interface de la santé et de l’environnement, n’hésitez pas à nous contacter. Il nous fera plaisir d’en discuter et on verra bien ou le vent nous mène!

Mélanie et toute l’équipe.

 

Rebecca Hennigs

coordonnatrice en MOBILISATION DES CONNAISSANCES

Rebecca détient un baccalauréat multidisciplinaire en European Studies de l’Université de Passau en Allemagne et une maîtrise (M.Sc.) en biogéosciences de l’environnement de l’Université Laval. Elle a travaillé en adaptation aux changements climatiques et en environnement, notamment en contexte autochtone, pour le ministère de la Nouvelle-Écosse, le consortium Ouranos et plusieurs organisations autochtones. 

Elle s’est jointe à l’équipe de Mélanie à titre de coordonnatrice en mobilisation des connaissances en 2019. Passionnée par la protection de l’environnement et le bien-être des populations, son travail lui permet de se pencher sur les enjeux nordiques et autochtones et de sensibiliser différents acteurs à des enjeux variés en lien avec la santé environnementale. 

Au sein de la Chaire, Rebecca est responsable du volet Mobilisation, y compris l’organisation d’évènements et de formations, la création d’outils de vulgarisation scientifique ainsi que de la gestion de la bourse Déwailly. Elle est également impliquée dans la création du microprogramme en santé durable et changements climatiques et coordonne Climat, santé, action!, une campagne de mobilisation des professionnels de la santé autour de l’action climatique.

 

Esteban Figueroa, membre de l'équipe Chaire de recherche Littoral

Esteban Figueroa

COORDONNATEUR DE ‘MANGER NOTRE SAINT-LAURENT’

Esteban fait preuve d’un parcours très varié en gestion et en développement de projets, ce qui lui a permis de bien connaître les réalités des collectivités rurales. Son désir de développer le territoire d’une façon durable l’a mené à obtenir une maîtrise en développement régional à l’UQAR. 

Il a également acquis une expertise en adaptation aux changements climatiques et son intégration dans les processus décisionnels des communautés côtières rurales de l’Est du Canada, ainsi que la mobilisation et le transfert des connaissances. 

Il est chargé de recherche pour le CIRADD, un centre de transfert de connaissances en innovation sociale du Cégep de la Gaspésie et des Îles, et coordonne le projet Manger notre Saint-Laurent pour la chaire Littoral.

Sara Bolduc | Littoral

Sara Bolduc

professionnelle de recherche

Sara a complété un baccalauréat en biologie à l’Université Laval en 2018 et est maintenant candidate à la maîtrise en biologie, sous la supervision de Jean-Sébastien Moore et Mélanie Lemire. 

Le projet de Sara est multidisciplinaire et implique des notions de biologie marine, biologie moléculaire, nutrition et d’anthropologie. Son projet a pour objectifs de connaître la contribution de la diète de l’omble chevalier à la qualité de sa chair et à comprendre l’importance culturelle et alimentaire du poisson chez les Inuit du Nunavik.

Élisabeth Gagné Chaire de recherche Littoral

Elisabeth Gagné

ASSISTANTE DE RECHERCHE

Elisabeth a plus d’une corde à son «harpe». En plus de s’accomplir professionnellement comme artiste multidisciplinaire, Elisabeth a complété une maîtrise en santé communautaire – profil en santé mondiale et cumule de riches expériences en tant qu’infirmière ou assistante/coordonnatrice de recherche au Mali, dans des communautés Anishnabées et Innues et au Nunavik. 

Elle est actuellement impliquée sur le projet FEHNCY (Food, Environment, Health and Nutrition of First Nations Children and Youth). 

Son désir de découvrir, de partager et de s’engager pour le bien-être des populations oriente son parcours dans des contextes multiples, à l’interface de la santé, de l’environnement, des arts et de la culture.

Sara Pedro | Littoral

Sara Pedro

STAGIAIRE POSTDOCTORALe

Sara étudie la dynamique du réseau alimentaire et les contaminants dans les environnements marins polaires depuis sept ans, d’abord pendant ses études de maîtrise à l’Université de Coimbra, au Portugal, puis pendant son doctorat à l’Université du Connecticut aux États-Unis. 

Avec Mélanie et d’autres membres de l’équipe, Sara développe actuellement des modèles écosystémiques pour étudier le transfert de biomasse et de contaminants environnementaux dans les réseaux alimentaires marins de l’Arctique au Nunavut et au Nunavik. Grâce à la recherche participative, les modèles intégreront les connaissances des Inuits, dans le but d’élaborer des scénarios et des stratégies d’adaptation pour atteindre la sécurité alimentaire.

Marianne Falardeau | Littoral

Marianne Falardeau

STAGIAIRE POSTDOCTORALE

Marianne est stagiaire postdoctorale dans le cadre du projet FISHES. Elle détient un doctorat du département des sciences des ressources naturelles de l’Université McGill, ainsi qu’un baccalauréat et une maîtrise en biologie de l’Université Laval. 

Elle s’intéresse aux écosystèmes marins dans le contexte de changements arctiques ainsi qu’à l’importance des ressources marines pour les communautés nordiques, particulièrement les pêcheries d’omble chevalier. Son approche à la recherche est transdisciplinaire, dans le but d’associer différents types de savoirs : locaux, autochtones, et académiques. 

Marianne est également communicatrice scientifique et livre ses recherches à l’aide d’articles, de conférences, de courts métrages, d’ateliers interactifs et des nouveaux médias.

Amira Aker

stagiaire postdoctorale

Amira a obtenu son doctorat à l’Université du Michigan, Ann Arbor en sciences de la santé environnementale et son diplôme MPH en santé et politique environnementale à l’Université George Washington. Après avoir terminé un stage postdoctoral à l’Université de Toronto Scarborough, elle a commencé un deuxième stage postdoctoral avec l’équipe de Mélanie Lemire et Pierre Ayotte.

Forte d’une expertise en épidémiologie environnementale et en maladies chroniques, Amira est passionnée par la recherche multidisciplinaire qui intègre les facteurs de stress environnementaux et sociaux pour mieux comprendre la santé globale. Elle étudie présentement les effets des substances perfluoroalkyliques sur les fonctions cardiométaboliques et immunologiques des communautés inuites au Nunavik.

Gwyneth Anne MacMillan

STAGIAIRE POSTDOCTORALE

Gwyneth a complété son doctorat en sciences biologiques à l’Université de Montréal en 2019 et elle est maintenant stagiaire postdoctorale au «Centre for Indigenous People’s Nutrition and Environment (CINE)» à l’Université McGill. 

Elle s’intéresse à la façon dont l’écologie peut influencer le sort des contaminants et la qualité des ressources halieutiques et fauniques importantes pour les peuples autochtones du Nord. Au cours de sa thèse, intitulée «La chasse aux métaux traces dans un Nord en mutation rapide: approches limnologiques, écologiques et collaboratives», elle a effectué des travaux de terrain au Nunavik, au Nunavut et dans les Territoires du Nord-Ouest. 

Gwyneth a rejoint l’équipe de Mélanie en 2019 pour étudier l’étude les contaminants dans la population de phoques gris du golfe du Saint-Laurent en collaboration avec l’Association des chasseurs de phoques intra-Québec (ACPIQ).

AzanmanvoMarcos Yedjenou

Étudiant au doctorat en sciences cliniques et biomédicales

Marcos détient un doctorat en médecine (M. D.) ainsi qu’un master (M. Sc.) en Biochimie, Biologie Moléculaire et Applications de l’Université d’Abomey-Calavi (Bénin). Pour faciliter son intégration dans le milieu professionnel, il a fait des formations en gestion de la qualité et en gestion de projet.

Au cours de ses études médicales, il s’est engagé dans une étude portant sur les contaminants environnementaux au Bénin, leurs effets sur la santé puis la création d’une association à but non lucratif dénommée « Safe Health » afin de contribuer à l’amélioration de la santé des populations.

Dans le cadre de son doctorat en sciences cliniques et biomédicales à l’Université Laval, il intègre l’équipe de Pierre Ayotte et Mélanie Lemire pour étudier le rôle bénéfique de la sélénonéine contre la toxicité du méthylmercure chez les Inuit.

Ariane Barrette

étudiante au doctorat en biologie

Elisabeth Rajotte

Étudiante au doctorat en médecine

Elisabeth a débuté sa formation médicale à l’automne 2019 à l’Université Laval. Avant cela, elle était dentiste et a œuvré pendant près de 2 ans dans diverses communautés inuites et cries.  Elle a pu y découvrir la culture et la richesse de son territoire, ainsi que mieux saisir les différents enjeux du milieu. Passionnée de voyages et d’en apprendre sur les autres cultures, elle a également eu l’opportunité d’aller faire un stage de dentisterie en Tanzanie à l’été 2016.

C’est à travers son expérience nordique et du contact avec les gens de la communauté qu’Elisabeth a développé son envie d’orienter sa carrière vers une perspective de santé publique et d’étendre ses connaissances avec un retour en médecine. 

Depuis l’été 2021, elle travaille au sein de l’équipe de la Chaire Littoral, en collaboration étroite avec la santé publique, sur un projet qui traite à déterminer les sources potentielles de plomb sur le territoire du Nunavik.

 

Guillaume Cinq-Mars

Étudiant à la maîtrise en biologie marine

Guillaume a complété un baccalauréat en biologie à l’Université de Montréal en 2018 et effectue maintenant une maîtrise en biologie marine à l’Université Laval. 

Son projet de maîtrise porte sur l’analyse de différents tissus de béluga, phoque annelé et morse, et ce, afin de dresser le portrait des éléments nutritifs ainsi que des contaminants se trouvant dans les  tissus et qui peuvent avoir un impact sur la santé des communautés Inuit qui les consomment. 

Ce projet l’a amené à visiter la communauté de Quaqtaq au Nunavik et à travailler en collaboration avec les chasseurs Inuit lors de la période de chasse aux bélugas.

Marie-Hélène Carignan

étudiante à la maîtrise en épidemiologie

Marie-Hélène détient un baccalauréat et une maîtrise en biologie marine de l’Université du Québec à Rimouski. 

Elle s’intéresse tout d’abord à l’océanographie en région polaire et à l’effet des conditions environnementales sur la physiologie des invertébrés marins. En cheminant dans le milieu de la recherche en territoire nordique et au sein d’organisations comme APECS Canada, elle se découvre un intérêt grandissant pour les interactions entre nos écosystèmes et la santé des populations, tout particulièrement dans le contexte des communautés autochtones.

À l’automne 2021, elle entreprend une maîtrise en épidémiologie avec Tiff-Annie Kenny et Mélanie Lemire dans un projet interdisciplinaire au sujet de la sécurité alimentaire dans le contexte des changements globaux chez les communautés du Nunavik. Elle se joint ainsi au projet Des systèmes alimentaires ruraux durables et résistants pour les générations futures de Nunavimmiut : promouvoir la sécurité alimentaire tout en s’adaptant aux environnements nordiques en changement financé par Sentinelle Nord.

Magalie Bühlmann-Charette

Étudiante au doctorat en médecine

Magalie est étudiante au doctorat en médecine à l’Université Laval depuis l’automne 2020.

Ses intérêts de recherche touchent principalement l’impact de l’environnement et des changements climatiques sur la santé des individus. Divers enjeux sociétaux tels les défis qu’affrontent les groupes de personnes plus vulnérables, les injustices sociales, la préservation des milieux naturels, les saines habitudes de vie, le gaspillage alimentaire et la responsabilité populationnelle en matière d’environnement sont des thèmes qu’elle tient à
promouvoir et partager dans son milieu. Tout est un équilibre. Fervente de modes de vie sains, de plein air et de voyages, Magalie a la volonté de poursuivre son parcours de future médecin auprès des plus vulnérables au Québec et ailleurs dans le monde. 

Elle s’est jointe à la Chaire en automne 2021 pour participer au groupe de travail sur les changements climatiques et la santé, intégrer ce contenu dans le programme d’enseignement en médecine et mobiliser les professionnels de la santé autour de l’action climatique.

Anouk Bérubé

infirmière clinicienne et étudiante à la mâitrise en sciences infirmières

Anouk est infirmière clinicienne et étudiante à la maîtrise en sciences infirmières à l’Université Laval. Ses intérêts de recherche portent sur les inégalités sociales de santé, la sécurité alimentaire, la santé autochtone et la santé environnementale. 

Son parcours a été marqué d’un stage international et interculturel à l’école Kalkeri Sangeet Vidyalaya en Inde qui lui a permis de découvrir une autre culture et de constater les interactions entre l’environnement et la santé chez des enfants issus de milieux marginalisés. Passionnée de plein air, de protection de l’environnement et de voyage, elle souhaite contribuer à mieux comprendre les effets des changements environnementaux sur la santé pour favoriser le bien-être des communautés. 

Elle a rejoint à l’automne 2021 la Chaire Littoral pour participer à l’organisation de Climat, santé, action!, une campagne de mobilisation des professionnels de la santé autour de l’action climatique sur le campus.

Martin Roberge

infirmier clinicien et étudiante au doctorat en sciences infirmières

Martin est étudiant au doctorat en sciences infirmières à l’Université Laval et infirmier clinicien au CIUSSS de la Capitale-Nationale.

Il a rejoint à l’automne 2021 la Chaire Littoral pour participer à l’organisation de Climat, santé, action!, une campagne de mobilisation des professionnels de la santé autour de l’action climatique sur le campus.

Rose-Ange Tremblay-Éthier

étudiante à la maîtrise en travail social

Rose-Ange possède un baccalauréat en neurosciences et est étudiante à la maîtrise en travail social à l’Université Laval. 

Elle a rejoint à l’automne 2021 la Chaire Littoral pour participer à l’organisation de Climat, santé, action!, une campagne de mobilisation des professionnels de la santé autour de l’action climatique sur le campus.

Anciens membres de la Chaire

Élyse Caron-Beaudoin, membre de l'équipe Chaire de recherche Littoral

Élyse Caron-Beaudoin

stagiaire postdoctorale

Vincent Paquin | Littoral

Vincent Paquin

Résident de médecine en psychiatrie

Adriano Magesky, membre de l'équipe Chaire de recherche Littoral

Adriano Magesky

STAGIAIRE POSTDOCTORAl

Marie Claude Lefebvre | Littoral

Marie-Claude Lefebvre

maîtrise en santé publique

Claudelle Dubeau, membre de l'équipe Chaire de recherche Littoral

Claudelle Dubeau

maîtrise en épidémiologie

Audrey Lavoie, membre de l'équipe Chaire de recherche Littoral

Audrey Lavoie

maîtrise en santé publique

Remi Amiraux | Littoral

Rémi Amiraux

STAGIAIRE POSTDOCTORAL

Tiff-Annie Kenny, membre de l'équipe Chaire de recherche Littoral

Tiff-Annie Kenny

Stagiaire postdoctorale

Mariana Pontual | Littoral

Mariana Pontual

professionnelle de recherche

Laurence Lebel | Littoral

Laurence Lebel

étudiante au doctorat en médecine

Catherine Fallon, membre de l'équipe Chaire de recherche Littoral

Catherine Fallon

étudiante à la maîtrise en santé publique et auxiliaire de recherche

Janie Allaire, membre de l'équipe Chaire de recherche Littoral

Janie Allaire

stagiaire postdoctorale

Junior Desrochers

étudiant à la maîtrise en santé publique